Menu Fermer
La Centrale de Financement
4.7/5
sur 1577 avis clients sur Avis Vérifiés

Crise COVID-19 et crédit immobilier : un marché régulé et des emprunteurs mieux accompagnés !

Bordeaux LCF

Bien que l’épidémie de COVID-19 et les mesures de confinement aient fortement freiné la demande de crédit immobilier, plus d’un français sur 6 a encore l’intention de s’engager dans un projet immobilier dans les 12 prochains mois*, mais dans des conditions différentes et adaptées à la situation. La crise actuelle a en effet profondément changé le comportement des ménages ainsi que celui des banques et des courtiers. Comment la filière du crédit immobilier s’organise-t-elle pour répondre efficacement à ces mutations ? Quelles perspectives pour le marché du crédit immobilier, dans ce contexte de crise ?

Accélérer les procédures d’emprunt grâce à la digitalisation des démarches

La crise actuelle a engendré une réorganisation de tous les acteurs de la filière, aussi bien en interne que dans son rapport à l’emprunteur. Afin de répondre efficacement aux demandes en cours et à venir, la filière a en effet favorisé le recours à la digitalisation des démarches et au traitement à distance des dossiers de demande de prêt, pour simplifier et accélérer les procédures d’emprunt.
Proposant, depuis plusieurs années, une approche full digital sur l’ensemble de ses agences en France, La Centrale de Financement est également le premier courtier français à avoir mis en place une plateforme dédiée à l’obtention d’un accord de principe** pour son emprunt immobilier, en seulement quelques minutes.
Lorsqu’il y a plusieurs acquéreurs pour un même bien, obtenir un avis de faisabilité est probablement un facteur clé pour la réussite de son projet. Ce service en ligne en réduit significativement les délais d’obtention et permet aux futurs acquéreurs de faire la différence aussi bien auprès de l’agence immobilière que du vendeur.
« Bien que les visites physiques des biens demeurent toujours le préalable indispensable à toute acquisition immobilière, la digitalisation des démarches d’emprunt répond à de nombreuses attentes des emprunteurs. Elle simplifie leur parcours et réduit les délais d’obtention d’un prêt. Ayant démontré toute son efficacité en cette période de crise, elle sera probablement, à l’avenir, non plus l’exception mais bien la norme ! » déclare Sylvain Lefevre, Président de la Centrale de Financement.

Faciliter et sécuriser le parcours digital des futurs emprunteurs !

Pour La Centrale de Financement, trois étapes essentielles restent néanmoins à franchir pour faciliter et sécuriser le parcours digital des futurs acquéreurs.
Il faudrait, tout d’abord, encourager le recours aux visioconférences pour renforcer le lien et rester au plus près des attentes et besoins de l’emprunteur.
Afin d’accélérer et de faciliter l’ensemble des démarches d’obtention d’un prêt, il conviendrait par ailleurs d’autoriser la signature à distance de l’ensemble des documents juridiques et contractuels nécessaires.
Enfin, pour garantir la sécurité des données emprunteurs, lors de l’envoi des différents documents officiels auprès des différents organismes sollicités, il apparaît indispensable de créer des clouds sécurisés, dans le respect le plus strict des normes RGPD.

Un marché du crédit immobilier régulé

A la veille du 16 mars, le marché immobilier s’emballait encore, sans avoir véritablement de solution pour le freiner et éviter la surchauffe. Malgré la crise, le marché reste dynamique mais n’est plus dans l’excès : il s’est régulé…
« En 2019, le million de transactions avait été dépassé et pour un marché français c’était peut-être trop : le système, les prix des biens immobiliers, la production du crédit immobilier pour les banques s’envolaient, générant un risque important d’inflation. Avec la crise, si le marché redescendait à 800 000 voire 700 000 transactions sur l’année 2020, cela permettrait à l’ensemble de la filière de travailler dans de meilleures conditions et de réduire les délais d’attente pour les futurs emprunteurs. Nous retrouvons une sérénité nouvelle sur un marché jusqu’alors exacerbé, sans intervention du Haut Conseil de stabilité financière. Je reste donc très confiant pour l’avenir du secteur qui, grâce à la digitalisation et au rééquilibrage du marché, permet déjà de mieux accompagner les futurs acquéreurs ! » conclut Sylvain Lefevre.

*Selon l’indicateur trimestriel DRIMKI/BVA des projets immobiliers, publié en avril 2020 : https://www.bva-group.com/sondages/indicateur-drimki-bva-des-projets-immobiliers/
**L’accord de principe est un document garantissant que l’acquéreur est en capacité de financer l’achat de son bien immobilier. Bien qu’il ne s’agisse pas d’un engagement formel pour les banques, cet accord de principe permet aux futurs emprunteurs d’attester du sérieux de leur dossier.