Menu Fermer
La Centrale de Financement
4.7/5
sur 2014 avis clients sur Avis Vérifiés

Le coût d’un rachat de crédits

Le coût du rachat de crédits est différent selon les dossiers. Les conditions négociées en amont de la signature du crédit immobilier et pendant le rachat de crédits permettent de faire des économies. Le guide du rachat de crédits vous accompagne.

Combien coûte un rachat de crédits ?

Le rachat de crédits comporte différents coûts. Il est important de bien les étudier avant toute signature, afin de calculer si l’opération est réellement profitable.

Les indemnités de remboursement anticipé (IRA)

Les IRA sont souvent négociées au moment de la signature du crédit immobilier. Les emprunteurs négocient la possibilité de pouvoir rembourser leur crédit de façon anticipée sans frais. Néanmoins, cette clause n’inclut que le remboursement anticipé par fonds propre, si le crédit est racheté par une autre banque alors il existe des frais de remboursement anticipé.

Ces frais sont encadrés par la loi. Leur montant correspond à 6 mois d’intérêt à suivre au moment de la demande de rachat mais ne peut pas dépasser 3% du capital restant dû.

Pour un rachat de crédit à la consommation des frais peuvent être demandés uniquement si le rachat concerne des sommes supérieures à 10 000 € sur une période de 12 mois glissants et si les crédits ont été réalisés après le 1er mai 2011.

Pour un remboursement anticipé de crédit renouvelable ou de découvert bancaire aucune indemnité ne peut être facturée.

Les frais de dossier

Les frais de dossier concernent le travail de votre banque et/ou de votre courtier dans la réalisation de votre rachat de crédit. Les frais de dossier sont toujours négociables, ils dépendent de la qualité du dossier et de la motivation du futur établissement prêteur à vouloir attirer le nouveau client.

Les frais de dossier peuvent être de deux natures :

  • Les frais de banque : entre 1 et 7% du montant racheté
  • Les frais de courtage : entre 1 et 5% du montant du nouveau prêt

Dans tous les cas les frais de dossier ne sont dus uniquement si le dossier est finalisé. Une simple demande de renseignement, même suivi par un rendez-vous ne peut pas donner lieu à des honoraires.

Les frais d’hypothèque ou de caution

Au niveau des garanties, un rachat de crédits fonctionne de la même manière qu’un crédit classique. Dans le cas d’un rachat de crédits, on distingue deux types de garanties : l’hypothèque ou la caution.

Si l’emprunteur possède un bien immobilier au moment du rachat de crédits, que ce bien soit celui de la résidence principale ou qu’il soit mis en location, l’établissement prêteur peut demander la prise d’hypothèque sur ce bien, si le montant du crédit est important. Le rachat de crédits est alors appelé rachat de crédits hypothécaires. C’est une procédure nécessitant la présence d’un notaire et qui engendre donc certains frais, qui sont intégrés au montant global de l’opération. Les frais d’hypothèque sont en règle générale de l’ordre de 2% du montant du prêt. En plus de cela s’ajoute une taxe de publicité foncière, de l’ordre de 0.715% du montant du prêt.

En ce qui concerne la caution, aucune charge supplémentaire ne s’ajoute au montant total pour le rachat de crédits si celle-ci est assurée par un tiers. Par contre si la caution est celle d’un organisme de cautionnement, elle sera soumise à une commission ainsi qu’à une contribution à un fond mutuel de garantie. Cette contribution sera restituée à la fin du crédit alors que la commission est à payer à l’organisme de cautionnement, pour un montant variant de 2 à 3 % du montant du crédit.

Le coût de l’assurance emprunteur

Le coût de l’assurance dépend de la nature des crédits à racheter. S’il s’agit de crédits immobiliers, l’obtention du rachat de crédits est conditionnée à la souscription d’une assurance décès invalidité (ADI). Le coût de l’assurance dépend de l’âge et de l’état de santé de l’emprunteur.

S’il s’agit de rachat de crédits à la consommation, l’assurance est rarement exigée.

A savoir : tous les frais sont inclus dans le rachat de crédit et ne donnent lieu à aucune dépense de trésorerie.