Menu Fermer
La Centrale de Financement
4.7/5
sur 1436 avis clients sur Avis Vérifiés

Rachat de crédits et artisan-commerçant

La situation professionnelle des artisans-commerçants, les amène à mêler dettes professionnelles et dettes personnelles. Il est pourtant important de bien les dissocier.

Le rachat de crédits une solution pour les artisans et commerçants

Les artisans et commerçants peuvent bénéficier du rachat de crédits pour leurs crédits personnels. Il est important de bien dissocier les crédits professionnels et personnels même si dans la vie d’entrepreneurs les deux sont souvent liés. Dans le cadre de rachat de crédits, seules les dettes personnelles peuvent être regroupées.

Néanmoins, pour leurs propositions de rachat de crédits les banques vont étudier le profil des emprunteurs et l’artisan-commerçant devra fournir ses 3 derniers bilans pour justifier de ses revenus et de leur pérennité à long terme.

Si l’artisan-commerçant décide de mettre en garantie, pour le rachat de crédits, un bien immobilier, celui-ci devra être exclusivement à usage personnel. Les murs commerciaux, les biens à usages mixtes ou encore les terrains nus ne peuvent pas être donnés en garantie.

Pourquoi réaliser un rachat de crédits pour un artisan-commerçant ?

Pour les artisans et commerçants, il n’y a pas de procédure de surendettement possible. Le rachat de crédits s’avère donc comme unique solution. C’est pourquoi il est important de réaliser le rachat le plus tôt possible et ne pas attendre des situations de déséquilibre budgétaire.

Le rachat de crédits consiste à regrouper les crédits personnels d’un artisan-commerçant en un seul crédit avec une mensualité diminuée et un rallongement de la durée de crédit. Le nouveau crédit peut inclure le financement d’un nouveau projet à titre personnel.

Il peut aussi inclure une enveloppe de trésorerie, utilisable comme l’artisan-commerçant le souhaite. Il est cependant strictement interdit que cette trésorerie soit utilisée à des fins professionnelles et injecter dans l’entreprise de l’emprunteur.