Menu Fermer
La Centrale de Financement
4.8/5
751 avis clients sur Avis Vérifiés

Refus de prêt immobilier : quelles solutions pour rebondir ?

Vous avez enfin trouvé votre futur logement et effectué toutes les démarches administratives. La banque a bien reçu votre demande de crédit et votre achat semblait en très bonne voie. Jusqu’à ce que tombe la mauvaise nouvelle : votre prêt immobilier est refusé ! Pour quelles raisons et dans quels cas la banque peut-elle recaler votre dossier emprunteur ? De quels moyens disposez-vous pour faire aboutir votre projet immobilier en dépit de cette difficulté ? Est-il possible d’éviter les réponses négatives ? Voyons ensemble les solutions qui s’offrent à vous en cas de refus de prêt immobilier.

Pour quelles raisons un prêt immobilier peut-il être refusé ?

Les banques se montrent généralement très pointilleuses quant à la qualité des dossiers de demande de prêt immobilier. Elles veulent avant tout limiter le risque encouru et éviter les défauts de remboursement. Voici une liste non exhaustive des motifs qu’invoquent les établissements bancaires pour expliquer leur refus.

Des découverts trop nombreux

Le succès de votre demande de prêt immobilier commence en effet par une gestion stricte de vos comptes personnels.

Veillez à ne dépenser que ce que vos revenus vous autorisent. Mieux vaut éviter les achats compulsifs ! Comportez-vous en bon gestionnaire pour présenter à la banque un dossier convaincant.

Une situation professionnelle instable

Votre statut professionnel conditionne la stabilité de vos revenus. Il exerce donc une influence décisive sur l’acceptation ou le refus de votre crédit immobilier. C’est un élément essentiel de votre profil emprunteur.

De quel type est votre contrat de travail : CDI ou CDD ? Votre période d’essai est-elle terminée ? Êtes-vous fonctionnaire ? 

Les banques préfèrent bien sûr les candidats disposant d’un emploi à long terme. Elles pourraient se montrer frileuses si vous travaillez dans un secteur d’activité incertain. Bien sûr, elles examineront également votre niveau de revenus.

Les recommandations strictes du HCSF

Votre situation doit également être conforme aux recommandations du HCSF, ou Haut Conseil de Stabilité Financière.

Ce dernier statue que le taux d’endettement de l’emprunteur ne peut excéder 35 %. Par ailleurs, la durée maximale des crédits immobiliers est fixée à 25 ans. Impossible d’emprunter au-delà, sauf cas exceptionnels.

Ces deux éléments peuvent conduire la banque à refuser certains dossiers de prêt. N’oubliez pas qu’en agissant de cette manière, l’établissement prêteur cherche aussi à vous protéger de tout risque de surendettement.

Vous avez un projet d’achat immobilier ? Anticipez !

Pensez à réaliser quelques simulations de prêt avant de lancer vos recherches. Vous calculerez votre capacité de remboursement et garderez en tête le budget maximal à ne pas dépasser. Vous éviterez ainsi de convoiter un bien ne se situant pas dans vos moyens.  

Un apport personnel insuffisant

Voilà un autre élément auquel l’établissement bancaire sollicité pour votre emprunt sera particulièrement sensible.

En général, si vous apportez un montant inférieur à 10 % du prix d’acquisition, la banque se montrera réticente à vous accorder votre crédit immobilier. Cette somme est en effet nécessaire pour régler les frais de notaire et autres frais annexes non couverts par le prêt.

Un projet immobilier incohérent

Si vous envisagez d’acquérir un bien destiné à la location, assurez-vous que la rentabilité de l’investissement soit suffisante. Des revenus prévisionnels trop faibles pourraient faire échouer votre demande de crédit immobilier.

Attention également aux biens surévalués. La banque peut vous opposer un refus de prêt afin de vous protéger en tant qu’acheteur.

Refus de prêt immobilier : comment réagir ?

Déception. Vous venez d’essuyer un refus. N’abandonnez pas pour autant. Vous pouvez encore relancer votre projet d’emprunt et obtenir votre crédit immobilier. Voici également quelques conseils pour ne pas aggraver votre situation.

Comprendre les raisons du refus de prêt pour mieux rebondir

La ou les banques auprès desquelles vous avez déposé votre demande n’ont pas à justifier leur décision en cas de rejet.

Il est néanmoins dans votre intérêt de garder la tête froide et de chercher à comprendre les raisons ayant motivé leur refus. Vous pourrez ainsi vous efforcer d’éliminer les points bloquants pour mieux voir votre requête aboutir.

Étudier le dossier avec un courtier en prêts immobiliers

Votre prêt immobilier vous est refusé en raison d’un taux d’endettement trop important ? Réagissez ! Le courtier ne négligera aucune piste pour vous aider à obtenir ce crédit.

L’une d’elles est l’assurance emprunteur, qui peut rapidement élever le coût de votre prêt. En choisissant un autre organisme, vous pourriez économiser bien des euros à long-terme. La délégation d’assurance est autorisée dès lors que le nouveau contrat présente les mêmes garanties.

Vous pouvez également faire jouer la concurrence. Le professionnel saura négocier le taux de votre crédit immobilier et peut-être une autre banque vous offrira-t-elle de meilleures conditions.

Retrouvez ici les taux moyens pratiqués par les banques en fonction du secteur géographique.

Autre possibilité : le point bloquant est généré par un autre emprunt en cours de remboursement. Pouvez-vous le solder pour repartir sur des bases plus saines ?

Quelle que soit votre situation, les experts de la Centrale de Financement peuvent vous aider à trouver la solution. Rachat de crédits, analyse de votre dossier, recherche d’un meilleur taux : nos spécialistes sont là pour vous accompagner.

 

Anticiper pour éviter un (nouveau) refus de prêt immobilier

Bien évidemment, c’est un conseil qu’il vaut mieux suivre avant même de déposer la moindre demande de crédit. Pensez à resserrer la gestion de vos comptes quelques mois avant de lancer votre recherche de prêt immobilier.

Efforcez-vous de constituer une épargne solide. La banque accorde plus facilement sa confiance aux emprunteurs capables d’économiser. Dans l’idéal, essayez de présenter un apport personnel supérieur aux 10 % attendus.

Assurez-vous malgré tout de conserver quelques liquidités en cas de coup dur. Nul n’est à l’abri d’une mauvaise surprise.

Faire jouer la condition suspensive liée au refus de prêt immobilier pour annuler la vente

Vous avez tout essayé mais rien n’y fait. Vous devez renoncer à cet achat immobilier. 

Le compromis de vente que vous avez signé doit, en théorie, comporter une condition suspensive relative à l’obtention d’un crédit immobilier. Elle indique qu’en cas de refus de prêt, la vente ne peut aller à son terme. Vous pouvez alors être remboursé de l’acompte versé lors de la signature du compromis. 

Il vous faudra cependant prouver que vous avez effectué toutes les démarches nécessaires et sollicité plusieurs établissements bancaires. Pour témoigner de votre bonne foi, pensez à leur réclamer une attestation prouvant que vous avez effectivement déposé une demande d’emprunt auprès de leurs services. Cela vous évitera d’encourir des pénalités.

À noter : lors de la signature du compromis de vente, il est essentiel de vérifier la présence de cette clause et de contrôler toutes les conditions suspensives mentionnées dans le document. N’hésitez pas à vous renseigner auprès du notaire ou de votre courtier.

Refus de prêt immobilier : questions fréquentes

J’ai obtenu un accord de principe, suis-je certain d’obtenir mon prêt immobilier ?

Non, l’accord de principe ne garantit pas l’obtention d’un prêt immobilier. Ce n’est pas un contrat.

Il s’agit toutefois d’un document qui prouvera au vendeur que vous avez travaillé au financement de votre achat. Cette attestation est également un signe encourageant : a priori, votre dossier est en bonne voie !

Je n’ai pas retourné l’offre de prêt dans les temps, la banque peut-elle refuser mon crédit ?

L’offre de prêt immobilier a une validité de 30 jours. Mieux vaut respecter à la lettre la procédure d’acceptation. Au-delà du délai légal, l’établissement prêteur n’a pas l’obligation de vous proposer un nouvel emprunt, dans les mêmes conditions.

Vous pourriez essuyer un refus ou obtenir un taux moins intéressant que le précédent.

La banque peut-elle me refuser un crédit immobilier à cause de problèmes de santé ?

Le « droit à l’oubli » protège désormais les anciens malades ayant recouvré la santé. L’assurance emprunteur a évolué. Le questionnaire médical a disparu pour les prêts inférieurs à 200 000 euros par quotité assurée si le remboursement se termine avant le 60e anniversaire de l’emprunteur. 

 

À retenir :

  • Les motifs de refus de prêt immobilier sont généralement liés à un taux d’endettement trop important ou une situation professionnelle instable ;
  • Il existe plusieurs moyens pour éviter une réponse négative de la banque : augmenter le montant de votre apport, contracter une assurance emprunteur moins onéreuse, assainir ses comptes bancaires, etc. 
  • Demandez une attestation de refus aux banques concernées. En dernier recours, vous pourrez invoquer la condition suspensive, annuler la vente, et si nécessaire, trouver un bien au prix inférieur.

Malgré tout, ne baissez pas les bras trop vite. En cas de refus de prêt immobilier, réagissez rapidement afin de rester dans les délais mentionnés dans le compromis de vente. Le courtier reste l’un de vos meilleurs atouts ! Nos spécialistes vous aideront à trouver un crédit au bon taux. Contactez la Centrale de Financement pour réussir votre achat !