Menu Fermer
La Centrale de Financement
4.7/5
857 avis clients sur Avis Vérifiés

Comment acheter un bien sans apport ?

L’accession à la propriété s’effectue dans 85 % des cas par recours à l’emprunt.

Face à la baisse des taux, l’allongement de la durée d’un prêt immobilier, les emprunteurs sont de plus en plus nombreux à vouloir s’engager et… de plus en plus prudents également ; préférant s’entourer d’un maximum de garanties pour ne pas prendre trop de risques. A commencer par apporter une mise de fond minimale équivalente aux frais annexes (frais de notaire, de garantie et de dossiers) ; condition sine qua non pour se voir accorder un financement.

Dans certaines situations, il est possible de faire une demande de prêt sans apport personnel autre. Qu’en est-il en réalité ? Dans quels cas, les banques acceptent-elles de prêter de l’argent sans apport ? Qui peut effectuer une telle demande ? Quels sont les moyens à mettre en œuvre pour y parvenir ? Quelle(s) aide(s) solliciter ?

Achat immobilier avec apport personnel et achat sans apport : les plus de l’apport d’un professionnel

Les critères classiques d’emprunt (dont l’apport personnel) sont, au fil des années, restés les mêmes ; les questions sur les alternatives et les compléments à l’apport également : existe-t-il des solutions pour remplacer son apport personnel lorsqu’il est faible voire inexistant ? En quoi une demande simple peut-elle devenir complexe si vous avez l’intention de déposer, seul, votre demande ? Quels sont les types d’accompagnement pour monter un dossier et pour qu’il soit jugé recevable ?

Point sur les profils d’acquéreurs éligibles, sur l’évolution des situations, des pratiques et des comportements des différents acteurs en présence : accédants et intermédiaires.

Apport personnel et primo-accédants 

D’après les chiffres publiés par l’Insee : deux-tiers des accédants sont primo-accédants, jeunes (45,8 % ont moins de 40 ans, contre 20,2 % pour les autres accédants) et moins aisés (39,2 %, contre 26,1 % des autres accédants)*.

Malgré une sélectivité de l’accès à la propriété plus importante, nécessitant des revenus et un apport personnel plus conséquent, certains primo-accédants ne reculent pas devant les difficultés et, même s’ils peinent à réunir un capital de départ suffisant pour répondre à leurs besoins financiers, ils font tout pour obtenir leur prêt dans les règles de l’art.

Nos experts vous aident à trouver le bon compromis et vous renseignent afin de rendre financièrement viable et sans risque un 1er projet et d’estimer, selon les critères du moment, s’il constitue la bonne décision.

Achat immobilier sans apport : les possibilités avec La Centrale de Financement
Acheter un bien immobilier sans apport personnel : les possibilités avec La Centrale de Financement.

L’apport personnel : le critère déterminant 

Une mise de fond est fortement recommandée en guise de « booster » et pour gagner la confiance des banques. On estime qu’elle doit représenter 10 % pour répondre aux exigences de l’établissement prêteur.

Sans aucun apport des frais annexes (frais de notaire, frais de garanties…), un financement est encore possible mais très difficilement réalisable, accessible sous conditions et cumulant :

  • le montant total (100 %).
  • les frais annexes (10 %).

Par ailleurs, le prêt à 110 % peut représenter, à certains égards, une porte d’entrée vers l’accession immobilière.

Autrement appelé ‘prêt immobilier sans apport’, le prêt à 110 % correspond au financement global du prix du bien, comprenant les frais annexes et excluant, donc, l’apport personnel qu’il engage.

Qu’est-ce que le prêt à 110 % ?

Monnaie courante pour établir une demande de prêt, l’apport personnel constitue une garantie et un moyen de protection pour les banques en cas d’incident(s) de remboursement de crédit(s). De ce fait, le prêt à 110 % est exigeant et risqué à double titre :

  • pour les banques, qui prêtent au-delà de la valeur du bien.
  • pour l’emprunteur, dont le dossier se doit d’être infaillible et promettre de belles perspectives d’évolutions.

Comment obtenir un prêt à 110 % et à quelles conditions ?

A l’instar des critères préférentiels pour obtenir un crédit, le prêt à 110 % nécessite d’avoir :

  • signé un CDI ou 3 ans d’ancienneté pour les Travailleurs Non Salariés ou les chefs d’entreprises.
  • un taux d’endettement en-dessous de 35 % des revenus.
  • un reste à vivre suffisant pour couvrir l’ensemble des frais courants.
  • des comptes bien gérés.
  • des perspectives d’évolution.

Qui peut obtenir un prêt à 110 % ?

Seuls les profils dont la stabilité financière et la capacité de remboursement sont solides, sont retenus ; c’est-à-dire :

  • les jeunes actifs 

Réaliser un projet immobilier pour les jeunes actifs, c’est peut-être avant tout se réaliser… Selon une étude de l’IFOP**, un jeune actif veut devenir propriétaire parce qu’il souhaite s’épanouir et parce qu’il y trouve une sécurité.

Les banques sont, quant à elles, plus ouvertes à des profils prometteurs correspondant à de jeunes salariés en CDI aux aspirations en matière de propriété tournées l’avenir.

  • les jeunes investisseurs

Le besoin d’investir motive la jeune génération récemment entrée sur le marché du travail. Pour elle comme pour ses aînés, contracter un crédit ne manque pas d’intérêt, notamment en ce qui concerne une location de logement et tous les avantages qu’elle présente en termes de revenus fonciers.

Demandez conseil auprès d’un expert de La Centrale de Financement : la clé d’entrée dans votre logement futur en 3 points :

1. Etat des lieux et bilan financier :

Calcul de votre budget, des dépenses et des frais associés : assurances mais également impôts, taxes, charges…

2. Plan de financement (prospective) :

Eligibilité prêts (PTZ, 110 %, etc.),

3. Conseils immobiliers et solutions ad hoc :

Etude de faisabilité, sécurisation, communication et comparaison des offres de prêt :

  • sélection,
  • présentation,
  • promotion auprès de l’établissement prêteur.

 

*Source : Insee Références, édition 2017 – Fiches – Propriétaires occupants.

**IFOP : https://www.ifop.com/publication/les-jeunes-generations-dile-de-france-et-leur-rapport-a-la-propriete/